blog·musique·sorties & events

GAROROCK 2018 : Guide de survie d’un festival en pleine canicule

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’assister au Festival Garorock à Marmande, dans le sud-ouest. C’était la 22ème édition avec Indochine, Orelsan, Marilyn Manson, Roméo Elvis, Eddy de Pretto, Nekfeu et tant d’autres. Cela annonçait 4 jours de pure folie !

Mais dès mon arrivée, je me suis heurtée à une grosse difficulté : la chaleur. Pas un jour en dessous de 30°C (excepté le dimanche, annulé pour cause de risques, dommage…). Pendant ce long week-end, j’ai fait pas mal d’erreurs que je ne referai plus à l’avenir. Je partage donc aujourd’hui avec toi mon guide de survie spécial canicule.

1- Arriver à l’avance (voire très à l’avance)

Parce que oui, tu n’as pas envie de tourner en rond pendant 30min dans le centre-ville à chercher une place. Et encore moins à parcourir des kilomètres pour arriver au bout du bout du camping, à rechercher les rares endroits où il reste un semblant de place où te poser. Parce que les petites balades au soleil on apprécie, mais pas quand il fait trop chaud et encore moins avec une tente, une glacière et des sacs pleins d’affaires.

2- Prendre de l’arnica

OK, pour le coup, pas de rapport avec la chaleur mais ça m’aurait bien été utile dimanche matin après le concert de Nekfeu la veille. C’est très sympa de fendre la foule jusqu’au devant de la scène et de prendre part au pogo, mais après 3 chutes et s’être légèrement fait piétiner, les bleus que j’ai eu aux jambes pendant une semaine étaient moins cools.

3- Eau, eau, eau, eau (ou bière)

Ta bouteille d’eau tu n’oublieras pas. J’avais toujours une petite bouteille en plastique près de moi (généralement bloquée quelque part dans mon soutien-gorge) et restait à l’affût des robinets et des fontaines d’eau potable pour la remplir et qu’elle reste un minimum fraîche.

Mais bon, on va peut-être pas passer des jours de festival à l’eau. Évidemment, il y a des bars dans le festival ainsi que divers stands. Mais se nourrir et boire durant 2, 3 ou 4 jours de festivités, ça devient vite TRÈS cher. Points positifs, en général les festivals même s’ils ont lieu en campagne, sont à proximité d’un bourg; et dans le bourg d’une petite ville, un week-end de festival : ça bouge. C’est clairement l’événement de l’année donc tous les bars et restos sont au taquet et festifs.

À Marmande, j’ai pu profiter d’un petit resto/fast-food qu offrait des pintes de bières pour seulement 4€ et ça, ça fait vraiment plaisir.

4- Penser au maillot de bain

Ça ne m’étais jamais venue à l’esprit de me balader en maillot de bain en festival, je ne sais pas vraiment pourquoi. Peut-être car je n’étais allée que dans des festivals où ça n’était pas utile et donc où personne n’en portait. Mais au Garo, qui n’en portait pas ?

Je l’ai moi-même amèrement regretté. Premièrement, à cause de la chaleur insoutenable. Mais aussi, de tous les jeux d’eau qu’on avait au camping. Je ne parle pas des batailles d’eau ou des baignades improvisées dans les fontaines, non, il y avait vraiment des toboggans à eau gonflables énormes sur lesquels j’aurai bien aimé m’amuser !

5- Brumisateur

Ai-je besoin de détailler ? Brumisateur, merci d’exister.

6- Élastique à cheveux 

Encore une fois indispensable pour plusieurs raisons, notamment à cause de la chaleur et donc pour avoir plus de confort. Je pense en particulier au concert d’Orelsan où il y avait une foule tellement énorme qu’on était toujours collés. Dans ces circonstances, ce n’est pas très agréable qu’une mèche de cheveux se retrouve bloquée dans un sac ou entre deux personne et que donc, tu ne peux plus bouger.

Si jamais tu n’as pas d’élastique, il y a quand même des alternatives : une pince oubliée au fond d’une poche, un foulard ou un bout de tissu qui fera très bien l’affaire. Au pire, on checke les tutos YouTube pour s’attacher les cheveux sans accessoires mais, je ne sais pas si c’est moi qui ne suis pas douée, ça ne tient pas vraiment bien.

7- Lingette / crème hydratante

Aller, le petit paquet (d’au moins) une vingtaine de lingettes, il fait trèèèèès plaisir. Déjà pour se laver, car même s’il y a des douches dans le camping (et qu’on croise certains locaux qui veulent te prêter leur douche ???), très peu pour moi.

Mais une petite odeur de propre et sentir le frais sur sa peau et non plus la sueur c’est comme une renaissance. Après ça, se mettre une petite crème hydratante (ou un après-soleil, ou même de la biafine si on a bien chauffé) et on est reparti pour une folle soirée !

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

garorock-2018-heloitsmytree

Recap du festival
Les + : 
-Tous les stands et les animations du camping qui permettent de ne pas s’ennuyer la journée
-Le match de la France diffusé dans les bars du centre-ville le samedi aprem (ambiance de folie)
-J’ai découvert que la boisson Jagger+bière existait sur la carte du bar ! (je n’ai pas encore goûté, mais je suis vraiment
intriguée)

Les – :
-La foule de malade au concert d’Orelsan, ce qui faisait que si on voulait respirer un minimum, on se retrouvait à 10000km de la scène
-Le fait que ceux ayant un pass 1 jour n’aient pas accès au même camping
-La chaleur, of course 

Merci au Garorock pour l’invitation ! 

Romane (photographe et vidéaste)

Site internetYoutube / Instagram / Facebook